Installation antenne LWA/NenuFar

This entry was posted in

INSTALLATION DE L’ANTENNE LWA/NenuFar à ORSAY
La station du MOULON : Radiotélescopes 21 cm à gauche (parabole 3.3m) et bandes basses à droite (antenne LWA) depuis le 15 Août 2016.

1

Avec nos remerciements à l’Observatoire de Nançay pour le don d’une antenne identique à celle du projet NENUFAR (antenne LWA/NenuFAR). Cette antenne est équipée d’un amplificateur réalisé par le laboratoire SUBATECH (CNRS/IN2P3) à Nantes.

Pour plus de détails sur NENUFAR :

Mesures spectrales et consommations :

Sensibilité analyseur : -161 dBm/Hz

2
Antenne voie 1 : alimentée 12V / 66mA

3

4
Antenne voie 2 alimentée 12V / 67 mA

5

6
Conclusion :
Performances spectrales et plancher de bruit peu éloignés de Nançay (ci-dessous) => Bonne surprise

7
L’antenne LWA :

Le circuit LNA (amplificateur réalisé par le laboratoire SUBATECH (CNRS/IN2P3) à Nantes) et raccordement aux dipôles (ici un seul brin sur quatre est installé) et sorties coaxiales vers le récepteur.

Plan de sol réalisé par pose de grillage et d’un treillis pour maintenir l’ensemble au sol. Support au centre.

 

8
Le circuit LNA et raccordement aux dipôles (ici un seul installé) et sorties coaxiales vers le récepteur

9
Le raccordement RF (2 voies)

1112
Fin de l’installation. Ajout de haubans pour éviter la rotation sur le plan horizontal en cas de vent

 

13
Le récepteur :

Le récepteur est construit autour d’un Front-End analogique suivi d’un récepteur numérique 4 Voies ( SDR – ADC 14 bits).
Le FE analogique réalise, l’alimentation de l’antenne via les câbles, le filtrage passe-bas pour rejeter la bande FM et au-dessus, l’amplification faible-bruit (20 dB) et grande dynamique suivi d’un filtre anti-repliement avant numérisation 14 bits.
L’ensemble est intégré dans un rack hébergeant un PC pour le traitement et la gestion des données (point difficile en cours d’analyse pour l’optimiser).

14
Réponse FE analogique : Ref 0dB = Gain 20 dB.

15
Première « lumière ».
Le spectre est nominal sur les 2 voies. La partie basse (<35 MHz) est plus dédiée à Jupiter, la partie haute du
spectre (20-55 MHz) pour les bursts solaires. La partie < 20 MHz sera peu exploitée car fortement perturbée
(filtrée) par notre atmosphère mais cette observation reste possible. A suivre …. Les 1er résultats.

16

 

Pour plus d’information: http://aav-astro.fr/blog/wp-content/uploads/2016/09/Jupiter.pdf

Texte et Image J-J. MAINTOUX – F1EHN – Copyright © AAV, Copyright © F1EHN.